De la désertification bancaire à la disparition de l'argent liquide

Communiqué du Mouvement National-Démocrate

La fusion annoncée de la Société Générale et du Crédit du Nord va entraîner une réduction sensible du nombre d’établissements bancaires en France. Cette diminution ne frappe plus uniquement les zones rurales paupérisées : elle touche désormais les villes moyennes ainsi que certains quartiers excentrés des grandes agglomérations. Or commerçants, agriculteurs, artisans et chefs d’entreprises ne veulent pas échanger par écrans interposés avec des interlocuteurs éloignés et anonymes, déconnectés du contexte économique local et de leur réalité quotidienne.


Par ailleurs, le retrait d’argent devient de plus en plus difficile hors des grandes villes. Certaines municipalités pallient cette disparition inadmissible en installant leurs propres distributeurs de billets. Mais ce service représente un coût pour la commune et ce sont donc une fois encore les usagers et les contribuables qui paient. En réalité, la fin programmée des succursales bancaires et des distributeurs automatisés est une étape de plus vers la marginalisation puis la disparition de l'argent liquide. Déjà, prenant prétexte de la crise sanitaire, bien des magasins demandent à leurs clients de privilégier le paiement électronique plutôt que les espèces, et ce malgré un pourcentage non négligeable prélevé par les banques ou des prestataires de paiement lors de chaque transaction.


La fin des agences bancaires dans les campagnes et l’impossibilité de retirer des espèces facilitera la surveillance globalisée : avec l’argent électronique, autorités publiques et organismes privés sauront tout des achats, des ventes, des dons et des abonnements des particuliers. Ce traçage monétaire global attentera évidemment aux libertés personnelles, familiales, politiques et économiques de tous les usagers. Il reviendra donc à l’État national-démocrate d’intervenir dans le secteur bancaire, car les banques jouent un rôle majeur dans le tissu économique local et doivent donc assumer leur responsabilité sociale en matière d'accès au crédit et aux services bancaires indispensables à la vitalité du tissu économique local. L’État national-démocrate devra enfin garantir la libre circulation de l’argent liquide, notamment par des mesures d'incitations telle que la taxation des transactions électroniques et financières, car le peuple français ne saurait consentir à un nouveau servage, fut-il numérique.

Téléchargez notre programme Renaissance en intégralité

Programme - Mouvement National-Democrate
.
Download • 2.43MB

SOUTENEZ-NOUS SUR FACEBOOK
SUIVEZ-NOUS SUR TWITTER
REJOIGNEZ-NOUS SUR YOUTUBE
CONSEIL DE LECTURE
LOGO MND JPG.jpg